It is currently Tue 15 Oct 2019 05:23


INFORMATION IMPORTANTE
www.drumtabass.com

Nouveau site et nouveau concept pour DRUMTABASS !

Le forum est désormais fermé.
Remerciement tout particulier à MAXI, sans qui le concept n'en serait pas là aujourd'hui. Big up man !!
Merci également à Dreadless, DodG et Floutch (les fondateurs), Bosco et Hi33p (la relève) et tous ceux qui ont mis la main à la pâte et qui continue à le faire (ils se reconnaîtrons...).
Enfin, merci à vous tous qui suivez, de près ou de loin, la communauté.

Rendez-vous sur le www.drumtabass.com pour découvrir notre nouveau site internet, et rejoignez-nous sur notre page facebook pour continuer à échanger ensemble et avec nous.
Pour annoncer un évènement, utilisez le formulaire dédié. Si vous souhaitez que l'on publie un reportage photo, un mix ou une compo, vous pouvez nous en faire part via le formulaire de contact ou directement sur la page Facebook.


Bosco, Floutch et xeNz (notre nouveau webdesigner).



Post new topic Reply to topic  [ 1 post ] 
 Critique de " X-Men First Class " par Bosco 
Author Message
moderateur
User avatar

Joined: Sat 8 Mar 2008 14:56
Posts: 1177
Location: Lille
Post Critique de " X-Men First Class " par Bosco
Vos avis sont les bienvenus, qu'ils soient bons ou lyncheurs! n,jkf




Pendant que les pages du spot publicitaire d'introduction des célèbres comics défilent, on craint l'adaptation de trop du côté de Marvel, que de tenter ce reboot complet des aventures des fameux X-Men. Le troisième épisode de la série avait déjà déçu de nombreux fans, en abrutissant nos mutants par d'ahurissantes scènes d'action.

Le scénario de ce « X-Men First Class » est pourtant alléchant. Pour renouveler la série, l'intrigue s'étale au moment de la guerre froide, dans les années 1960, en passant par l'épisode sombre de l'Holocauste, pour nous faire découvrir les premiers pas des personnages de Magneto et de Charles-Xavier, pas encore des supers-héros en puissance.

Cette audace s'avère plutôt payante. Le casting so british n'y est pas innocent. James McAvoy ne cesse de cabotiner et profite de ses pouvoirs de télépathe pour draguer dans les bars, plutôt que de sauver le monde. Michael Fassbender, en Magneto glaçant meurtri par les cruautés nazies, marque déjà les esprits. Mais la complicité évidente qui se crée entre ces deux là rencontre très vite des complications. Comme le remarqueront avec plaisir les fans des comics, le film, plutôt que tout de suite envoyer les affrontements par centaines, s'attarde plus sur les différends, qui conduisent peu à peu chaque mutant à s'éloigner l'un de l'autre. Mais aussi surtout à engager sa propre lutte, sa propre implication personnelle. On est là en plein dans les codes Marvel et on ne boude pas son plaisir.

Malheureusement, cette psychologie fidèle dessert aussi considérablement le rythme de la première partie du film. On sourit aux plaisanteries sur Wolverine et sur le futur look à la Barthez du professeur Xavier, mais le film ronronne un peu. De plus chez les seconds couteaux, certains supers-mutants, comme Angel ou Riptide, manquent cruellement de profondeur. La faute peut être, à des acteurs un peu méconnus, qui n'arrivent pas à transcender leurs personnages.

Cependant, une seconde impression de ce X-Men plaît. Ce volet ne cesse de tisser un lien entre des épisodes historiques et le combat engagé par les mutants. Ici, on revisitera ainsi la fameuse crise des missiles de Cuba, pour voir comment les pouvoirs de chacun vont se déferler, dans l'intérêt de l'humanité toute entière. Ce lien historique apporte une réelle cohérence à l'ensemble. Une approche historique qui rapelle souvent la maxime d'urgence de certains Watchmen d'ailleurs. Il permet en plus d'introduire un thème cher aux dessinateurs de Marvel : le tiraillement qui habite chaque mutant. Au long du film, les mutants sont d'abord vus comme des bêtes de foire, avant de devenir nouveaux messies et paradoxalement futurs rebuts de l'humanité. C'est cette évolution qui entraîne le spectateur dans les méandres et angoisses de chaque X-Men, qui donne un charme nouveau et un vrai coup de frais à la série.

Reste enfin le véritable coup de fouet du film. Trop rarement un héros nous avait autant offert autant de montées d'adrénalines et de frissons, que ce Magneto-là. La montée en puissance du futur maître enragé des métaux est tout simplement saisissante et emporte tout sur son passage. On frôle souvent au niveau des émotions, un autre passage du mauvais côté, celui d'Anakin dans Star Wars. Fassbender a indéniablement beaucoup progressé depuis « Inglourious Basterds ». Rien que pour ce plaisir-là, le film épate et comblera la sensibilité de chaque fan des légendaires mutants.

En bref, un vrai coup de neuf pour la saga, plus fidèle aux planches des Marvel, mais qui pourra décontenancer par l'absence de ses grandes stars et le parti-pris moins explosif.

_________________
Umbrella must pay...


Tue 7 Jun 2011 13:01
Profile
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 1 post ] 


Partenaires


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
cron
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by Vjacheslav Trushkin for Free Forums/DivisionCore.