It is currently Sun 20 Oct 2019 18:03


INFORMATION IMPORTANTE
www.drumtabass.com

Nouveau site et nouveau concept pour DRUMTABASS !

Le forum est désormais fermé.
Remerciement tout particulier à MAXI, sans qui le concept n'en serait pas là aujourd'hui. Big up man !!
Merci également à Dreadless, DodG et Floutch (les fondateurs), Bosco et Hi33p (la relève) et tous ceux qui ont mis la main à la pâte et qui continue à le faire (ils se reconnaîtrons...).
Enfin, merci à vous tous qui suivez, de près ou de loin, la communauté.

Rendez-vous sur le www.drumtabass.com pour découvrir notre nouveau site internet, et rejoignez-nous sur notre page facebook pour continuer à échanger ensemble et avec nous.
Pour annoncer un évènement, utilisez le formulaire dédié. Si vous souhaitez que l'on publie un reportage photo, un mix ou une compo, vous pouvez nous en faire part via le formulaire de contact ou directement sur la page Facebook.


Bosco, Floutch et xeNz (notre nouveau webdesigner).



Post new topic Reply to topic  [ 2 posts ] 
 Critique de "Black Swan" 
Author Message
moderateur
User avatar

Joined: Sat 8 Mar 2008 14:56
Posts: 1177
Location: Lille
Post Critique de "Black Swan"
Voilà, j'ai eu la chance de le voir en avant-première vendredi dernier, le film sort dans deux jours. Nouveau film de Darren Aronofsky, réalisateur de Pi, Requiem For A dream, The Fountain, The Wrestler... Je vous propose ma critique.

Vos avis sont plus que bienvenus!!

Bande Annonce : http://www.youtube.com/watch?v=b0O5cehYV0U&feature=player_embedded

Image


Selon les dires mêmes du réalisateur Darren Aronofsky, « Black Swan » constituerait un diptyque avec son dernier film « The Wrestler ». Les deux films suivraient de façon différente l’évolution intime d’un personnage tiraillé mais décidé, à percer dans un univers où la compétition fait rage. Pas sûr pourtant qu’échanger les troisièmes cordes du catcheur Mickey Rourke, avec le joli tutu de Natalie Portman soit un pari si risqué. L’actrice a plutôt le vent en poupe en ce moment et un certain succès auprès de la gent masculine.

Pourtant la façon de considérer le scénario par le réalisateur est audacieuse. Le film ne veut pas seulement considérer la compétition qui fait rage dans le monde du ballet, en montrant les supplices que s’infligent les danseuses. Aronofsky nous entraîne dans une relecture fantastique du classique « Lac des cygnes » de Tchaïkovski. C’est avant tout la dualité du personnage de la vedette du ballet, qui doit tour à tour incarner deux extrêmes, le cygne blanc timide et naïf puis le manipulateur cygne noir qui fera tout pour le pervertir dans le conte, qui l’intéresse.

Dans ce sens, le cygne blanc d’Aronofsky est une vraie réussite. Le réalisateur s’est entouré d’acteurs qui subliment réellement les personnages. Natalie Portman est bluffante, quasi anorexique et entièrement adonnée à son art. L’actrice israélienne incarne avec beaucoup de justesse cette ballerine épuisée, tant par ses marathons de répétition que par une mère désaxée. On est même surpris par la frigidité à laquelle elle amène son personnage. Sa rivale, la tatouée Lily, s’en sort avec brio. Totalement à l’opposé des faiblesses de Nina l’héroïne, elle en devient vénéneuse, en s’accaparant une place de plus en plus importante dans la compagnie. Et surtout en brillant aux yeux du chorégraphe. La méconnue Mila Kunis fait des merveilles. Son accent mielleux anglais et sa sensualité déstabilisent totalement Nina mais encore bien plus le spectateur.

Là où il devient périlleux de suivre la réalisateur, c’est quand il entame son cycle du cygne noir. On retrouve dans le grain de pellicule, dans les effets sonores stridents, ce qui a fait le fer de ces précédents films (notamment Requiem For a Dream). On a parlé d’anorexie, rajoutez y des ongles qui crissent sous les démangeaisons, des craquements d’articulations insoutenables et de sombres jeux de miroir, l’angoisse devient alors totale. La bande son de Clint Mansell (encore) nous plonge plus profondément dans la névrose dans laquelle sombre le personnage principal, pour parfaire son rôle de cygne noir.

Mais cette dérive psychologique est éprouvante. Pas sûr que les spectateurs tiennent le coup jusqu’au bout, tant visuellement, l’esthétique du film devient malsaine, au plus haut point de la folie de Nina. C’est là ce qu’on peut sûrement reprocher au film d’Aronofsky. Son obsession à vouloir marquer, voire traumatiser. On se souvient de cette scène surréaliste de « The Fountain » où le héros étouffe de la prolifération d’un arbre de l’intérieur. Les excès d’hallucinations paraîtront là grotesques à certains ou trop choquants pour être réalistes. Mais chez le cinéaste, l’émotion passe par la surcharge de fantastique.


Finalement, Darren Aronofsky pouvait, par ce film, s’ouvrir les portes d’Hollywood. Il aurait pu se contenter de laisser une Natalie Portman en pilote automatique, qui mérite mille fois d’être oscarisable. Le final grandiose, de loin moment le plus réussi du film, nous en convainc. Mais le réalisateur n’aime pas les compromis et coule peut être son film pour la critique, en allant jusqu’au bout de ses représentations extrêmes de la schizophrénie de Nina. Mais y-est-on vraiment perdants ?

_________________
Umbrella must pay...


Mon 7 Feb 2011 19:36
Profile
Co-admin
User avatar

Joined: Wed 12 Mar 2008 22:34
Posts: 262
Post Critique de "Black Swan"
Bravo Bosco !
J'ai pas vu le film mais ça donne envi...
:clap:!

_________________
Image


Mon 14 Feb 2011 17:56
Profile
Display posts from previous:  Sort by  
Post new topic Reply to topic  [ 2 posts ] 


Partenaires


Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 1 guest


You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot post attachments in this forum

Search for:
Jump to:  
cron
Powered by phpBB © phpBB Group.
Designed by Vjacheslav Trushkin for Free Forums/DivisionCore.